AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aïvazovski (1817-1900), la poésie de la mer

Aller en bas 
AuteurMessage
kazatchka

avatar

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Aïvazovski (1817-1900), la poésie de la mer   Jeu 18 Jan 2007 - 20:53



Du 7 février au 4 juin 2007 à Paris, Palais de Chaillot

Aïvazovski (1817-1900) est né à Théodosia, en Crimée sur les bords de la mer Noire. Il fait des études à l’Académie des Beaux-Arts de Saint-Petersbourg et devient ainsi l’un des premiers jeunes Arméniens à bénéficier d’une éducation artistique européenne qu’il enrichit de fréquents séjours en Italie et en Russie. Son talent est alors salué par les plus grands (Delacroix, Turner…).

C’est dans le cadre de l’année de l’Arménie en France que le Musée de la Marine présente 44 œuvres choisies parmi les 6 000 réalisées par cet artiste prolifique, nourri à la fois d’humanisme, de sacré et d’idéal, et familier de la France.

Source de lumière et de connaissance, symbole de vie et de liberté des hommes en lutte contre les éléments, la mer est sa principale source d’inspiration. “Ma vie, c’est la mer”, écrit-il. Malgré ses aspirations cosmopolites, son œuvre s’inscrit dans la tradition la plus authentique de la culture arménienne. Ainsi, elle a fait figure d’exemple pour les artistes de sa génération et a inspiré les plus jeunes, devenant la référence d’une véritable école de peinture.

L’exposition, réalisée par Chahen Khatchatourian et Marjolaine Mourot, avec la coopération de Paravon Mirzoyan du musée de Yerevan, met éaglement en valeur plusieurs œuvres d’artistes contemporains ou d’émules formant une sorte d’école de peinture : Mekertich Djivanian (1848-1906), Guevorg Bachindjaghian (1857-1923), Vartan Mahokian (1869-1937), Eghiché Tadévossian (1870-1936), Panos Terlémézian (1865-1941), Arsène Chabanian (1864-1949), Charles Atamian 1872-1947), Edgar Chahine (1874-1947), ainsi que Zareh Mutafian (1907-1980), Carzou (1907-2000), Jansem (né en 1920) et Hagop Hagopian (né en 1923).

L’exposition a bénéficié du concours de la Galerie nationale d’Arménie à Erevan, la Galerie des Offices à Florence, le Musée de la Congrégation des Mékhitaristes à Venise, le Musée arménien de France à Paris, le Musée des Beaux-Arts de Brest, ainsi que de collectionneurs privés. Pour en savoir plus sur ce grand artiste romantique et le mouvement qu’il a généré, on pourra lire avec profit l’ouvrage accompagnant l’exposition.

On pourra également assister, sur place, à quelques soirées événements, lectures, ateliers. Mention spéciale pour la soirée du 15 février où seront lus des extraits du célèbre ouvrage de Franz Werfel Les quarante jours de Moussa Dagh, évoquant l’évacuation des réfugiés arméniens par la Marine Française, scellant, 15 ans après sa mort, l’échec des espoirs du peintre de voir se régler de façon pacifique la question arménienne au sein de l’Empire ottoman.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-russie.fr
 
Aïvazovski (1817-1900), la poésie de la mer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANNONCES-
Sauter vers: